dimanche 1 septembre 2013

Heurs et malheurs de l'Art nouveau bruxellois


En janvier 1897, une toute nouvelle revue française, Art et Décoration, consacre l'essentiel de son premier numéro à la formidable révolution des arts décoratifs qui vient de surgir en Belgique. Son rédacteur en chef, François Thiébault-Sisson, affirme qu'à Bruxelles, un novateur vient de mettre au rancart toute l'architecture du XIXe siècle. Son nom: Victor Horta

En 1898, dans son analyse de l'Esprit nouveau dans la vie artistique, sociale et religieuse, Léon Bazalgette choisit Horta pour montrer que la beauté peut surgir en dehors de la tradition classique. C'est à Victor Horta, affirme-t-il, que l'on doit l'existence d'un nouvel art architectural vraiment moderne. En cette fin de siècle, Bruxelles s'impose comme l'épicentre d'un phénomène fulgurant qui envahira par vagues successives l'Europe entière et même l'Amérique.
En 1900, dans son Dictionnaire des Arts décoratifs, le Français Paul Rouaix affirme que Bruxelles est en passe de devenir la plus belle ville d'Europe.

En 1961, conseillée par Jean Delaye, un élève de Victor Horta, la commune de Saint Gilles achète la maison particulière que le maître à construit à la fin du XIXème siècle. Sauvée des griffes des promoteurs immobiliers elle deviendra le Musée Horta.

En 1963, dans son numéro de septembre-octobre, l'architecte Pierre Puttemans pose une question angoissée et angoissante: Va-t-on détruire la Maison du Peuple? L'oeuvre magistrale de Victor Horta. Son cri désespéré est inaudible!


Deux ans plus tard, en 1965, la Maison du Peuple est pratiquement rasée sur ordre d'un Parti Socialiste plus désireux de réaliser une mirobolante opération immobilière que de conserver le témoin formidable de ses premiers engagements culturels et sociaux. A la place du chef d'oeuvre, une tour de béton de 70 mètres de hauteur défigure définitivement le coeur historique de la ville. Pur hasard de l'Histoire (avec un grand H) mais il y a des hasards qui n'en sont décidément pas, c'est ce moment qu'un écrivain français, Roger-H. Guerrand, choisit pour publier chez Plon L'Art nouveau en Europe. C'est la première étude-enquête globale sur ce mouvement ridiculisé et méprisé depuis des décennies. Signe qui ne trompe pas, Louis Aragon en rédige la préface qu'il intitule Le “Modern style” d'où je suis.

Couverture de la première édition 
du livre de Roger-H Guerrand (1964)

Roger-H. Guerrand envoie un exemplaire de son livre à un écrivain belge avec cette dédicace: “A Charles Bertin ce livre qui rend enfin justice aux artistes belges de 1900”. 


Trop tard pour la Maison du Peuple qui y est bien représentée et, aujourd'hui encore,  on peut "admirer" les conséquences de ce désastre...et découvrir qu'un demi siècle plus tard les joyeux promoteurs sont toujours impitoyablement à l'oeuvre comme en témoigne les deux photos ci-dessous (12 octobre 2013).  

A droite la tour en béton de 60 mètres de hauteur  qui a remplacé il y  a un demi siècle  la Maison du Peuple de Victor Horta. A gauche, l'immeuble actuellement  en construction qui  achèvera d'encadrer la Tour Anneessens, vestige de la première enceinte de Bruxelles  (XIVème siècle). 

Comme on le voit sur cette seconde photo,  la Tour Anneessens vient d'être restaurée...ce qui  a pu laisser croire au naïf que je suis  qu'elle serait bien mise en valeur... mais non! elle sera "intégrée" dans la plus morne des "modernitudes"... Déjà que sur son autre flanc elle est voisine depuis des décennies d'un...bowling! 

C'est un constat encore valable aujourd'hui, toute forme d'architecture peut être martyrisée à Bruxelles. Soyons toutefois reconnaissants. R.-H. Guerrand a marqué  le début d'une lente et irréversible  redécouverte de l'Art nouveau bruxellois...et européen. 

Cinq ans plus tard, ce sont deux italiens, Franco Borsi et Paolo Portoghesi qui publient successivement deux ouvrages fondamentaux chez Vokaer, l'un consacré à Victor Horta (1970), et le second à Bruxelles, Capitale de l'Art nouveau (1971).

Mais il faudra encore attendre 10 ans avant que la seule et unique grande exposition consacrée à l'Art nouveau belge soit présentée au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. C'était en 198O, pour le 150ème anniversaire de la Belgique.

20 avant que s'organise la protection du patrimone Art nouveau,
30 ans avant qu'en 2000 quatre maisons de Horta soit inscrites au patrimoine mondial de l'humanité
Et plus de 40 ans – bien après New-York, Paris et Londres – avant que cet Art nouveau trouve peut-être la place qu'il mérite dans un musée bruxellois. C'est du moins ce que l'on espère avec l'ouverture – déjà plusieurs fois retardée – du Musée fin de siècle au Musées Royaux des Beaux Arts de Bruxelles. Cette fois, l'ouverture est annoncée pour le 6 décembre 2013. Croisons les doigts!    




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire