mercredi 9 décembre 2015

ART NOUVEAU? Non mais presque


Les oeuvres peintes à quatre mains ne sont pas très fréquentes, même dans l'art contemporain.
Couverture du catalogue de l'exposition
Solide sculpture et divertissement pour
peinture à quatre mains
En 1963, le Belge Pierre Alechinsky et le Chinois Wallasse Ting tentent l'expérience. Le résultat : douze peintures et dix aquarelles qui furent exposées en même temps que des sculptures de Rheinhoud à la Galerie de France à Paris. Le titre étrange  SOLO DE SCULPTURE ET DIVERTISSEMENT ARRANGÉ POUR PEINTURE À QUATRE MAINS annonçait bien la bizarrerie de la "chose". On était en octobre 1963. 
Dans le catalogue de cette exposition Alechinsky écrit: J'avais invité Walasse Ting à venir faire des séances de peinture à quatre mains (comme on dit de piano), c'était une manière de s'obliger...
Avec lui traverser sans la voir la forêt des raisons de ne rien peindre. Je connais maintenant ces plaisirs-là, rares; le coup d'oeil de connivence, ne plus être seul mais des complices aux responsabilités mal définies; gagner ensemble une personnalité seconde, différente de chacune des deux nôtres”.
"Le Secret"  par Hauserzberg
C'est à cette expérience rare – gagner une personnalité seconde, différente de chacune - que se sont livréescinquante ans plus tard et sans retenue deux jeunes femmes peintres aux tempéraments bien affirmés  Et elles ont été complices jusqu'au bout. Chacune dans son style et chacune dans sa différence. Le résultat est là, entre poésie, fantastique et symbolisme.  Autant dire une version subjective,  revue et modernisée d'un Art nouveau déjà vieux de plus d'un siècle: sept huiles quasiment monumentales (180/200 voir 200/275 cm) aussi séduisantes qu'impressionnantes. Et elle sont signées à quatre mains HAUSERBERG  pour Gwendoline Hausermann et Corinne Vanden Berghe

C'est à voir jusqu'au 20 décembre
du jeudi au dimanche
à 
L'Espace 13
13 rue Jorez à Anderlecht
Contact : www.espace13.org 

email: contact@art-the.org
"La Robe noire" par Hauserbergh


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire