lundi 11 novembre 2013

Qui regarde le haut des façades? Personne


Personne? Pourtant cela en vaut parfois la peine. Ainsi, si vous vous promenez rue du Marché-aux-Poulets, à deux pas de la Bourse de Bruxelles, arrêtez-vous à la hauteurdu n° 34. Rez-de-chaussée et premier étage n'ont rien d'engageant...(vitrines commerciales de mauvais goût, casino et panneaux de planches dissimulant d'interminables travaux). 

Une façade martyrisée: 34 rue Marché aux Poulets


 Mais au dessus il y a un éblouissant souvenir de la Grande Maison du Blanc fondée en 1867 par E. Lefèvre. Ce commerçant rêvait de fournir en lingerie, bonneterie et confection toutes les élégantes de Bruxelles. Et il a si bien réussi que trente années plus tard, en 1897,  il a pu commander à l'architecte Oscar François un véritable palais du linge de maison, dans le plus pur style... néo-néo-quelque chose. Cette Grande Maison du Blanc a fermé boutique depuis des lustres mais le Palais lui a miraculeusement survécu, échappant à toutes les promotions immobilières sauvages qui ont ravagé la ville entre 1950 et 1980.
C'est au deuxième et le troisième étage qu'il faut regarder


Tout l'intérêt se porte donc sur les deux niveaux supérieurs ornés de 26 panneaux en majolique créés par Privat Livemont pour la Grande maison du Blanc. Il y a 12 allégories féminines du travail (féminin bien sur), du commerce et de l'industrie. Les autres sont à décors floraux. Alors levez les yeux au ciel et vous aurez comme une révélation.

         Un décor unique à Bruxelles qui attend toujours d'être vraiment mis en valeur. Mais quand cela arrivera-t-il? 


En 1903, les dessins originaux de quatre de ces panneaux ont été reproduits en lithographie par un éditeur allemand, Julius Hoffmann, spécialisé dans la diffusion de tout qui concernait les arts décoratifs. La réputation de Privat Livemont franchissait ainsi les frontières de la petite Belgique


Lithographies d'après les dessins originaux de Privat Livemont publiées en 1903 par Julius Hoffmann
                                                                                                     

 Mais ayez encore une minute les yeux braqués vers le ciel et retournez vous pour découvrir une maison Art nouveau construite 41 rue Marché-aux-Poulets, juste en face de l'ex-Grande Maison du Blanc...Encore une miraculée de la bruxellisation. Surprise, surprise!
41, rue Marché-aux-Poulets.
Une de ces maisons bruxelloises typiquement "fin de siècle" véritable rescapée.
Elle aurait pu subir le même triste sort que sa voisine de gauche. 















   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire